Transition Écologique

La Transition Énergétique et Écologique propose de passer des énergies de stock (fossiles) aux énergies de flux (renouvelables) pour un développement durable et respectueux de l’environnement.

Après l’adoption de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte en 2015 puis l’Accord de Paris sur le climat signé en 2016, la France est désormais engagée dans la lutte contre le dérèglement climatique et dans une ambitieuse transition énergétique dont les effets positifs sur l’emploi, l’économie, la sécurité énergétique, la pollution de l’air ou encore la précarité énergétique sont le coeur.


Le SCÉNARIO NÉGAWATT 2017-2050 éclaire les choix qui feront d’une transition nécessaire et possible, une transformation réussie et bénéfique pour l’ensemble de la société, une transition énergétique réaliste et soutenable face aux défis que représentent le dérèglement climatique, l’épuisement des ressources et le risque d’un accident nucléaire.

Le scénario négaWatt est un exercice prospectif qui décrit précisément la trajectoire possible pour réduire d’un facteur 4 nos émissions de gaz à effet de serre (GES) et se défaire de notre dépendance aux énergies fossiles et fissiles à l’horizon 2050. Il confirme que le « 100 % renouvelables » est possible dès 2050.

En savoir plus sur le scénario négaWatt


Le SCÉNARIO AFTERRE 2050 est le nom donné à un scénario d’utilisation des terres agricoles et forestières pour satisfaire les besoins alimentaires, énergétiques, en matériaux, en préservant la fertilité des sols, la qualité des eaux, la biodiversité et en réduisant les gaz à effet de serre.

Ce travail repose sur l’hypothèse simple qu’en 2050, l’agriculture et la forêt françaises pourront et devront (dans une approche de développement soutenable) nourrir en France environ 71 millions d’habitants.

Ces deux secteurs devront aussi nourrir les cheptels de bétail et volailles, tout en produisant assez de matériaux renouvelables et d’énergie pour répondre aux besoins de la société, en préservant la fertilité des sols, la qualité des eaux, la biodiversité, et sans continuer à affecter négativement le système climatique.

En savoir plus sur le scénario Afterre


ADEME : Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie
Changement climatique – transition écologique, énergétique

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable. Elle met ses capacités d’expertise et de conseil à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale.

L’Agence œuvre dans les domaines suivants : la gestion des déchets, la préservation des sols, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, les économies de matières premières, la qualité de l’air, la lutte contre le bruit, la transition vers l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage alimentaire.

www.ademe.fr


Jean-Marc JANCOVICI est un spécialiste de la transition énergétique et de l’adaptation au changement climatique.

Bien que sa vision soit axée sur le fait que le nucléaire est seul apte à permettre une sortie des hydrocarbures en répondant aux besoins énergétiques (mais le pense-t-il vraiment encore ? tant la problématique du nucléaire ne peut désormais plus être ignorée), il édite un site de vulgarisation sur les différentes formes d’énergie et sur le changement climatique; site sur lequel se trouvent des chiffres et des explications de base permettant de cerner la problématique et les enjeux du dérèglement climatique et de la fin des ressources fossiles.

Quelques réflexions de JM Jancovici sur la transition énergétique


LES SCÉNARIOS DE RTE (Réseau de Transport d’Électricité)

En lien avec la révision des deux outils majeurs de pilotage de la transition énergétique française que sont la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), les scénarios publiés par Réseau de transport d’électricité (RTE) viennent de faire l’objet à mi-janvier 2018 d’un rapport détaillé de 424 pages, complétant la synthèse présentée en octobre dernier.

Les scénarios présentés se distinguent par de nombreuses variables (évolutions démographique, économique, efforts d’efficacité, orientations suivies par nos voisins européens, etc…), dont RTE a testé de multiples combinaisons. Ils dessinent essentiellement deux perspectives dont l’une est une fermeture possible des réacteurs à l’échéance de 40 ans.

L’ensemble est riche d’importants enseignements, éclairant très utilement les points de cristallisation du débat sur la trajectoire électrique

Lire la note sur le site de négaWatt


OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
Une nouvelle feuille de route universelle sur le développement durable.

En septembre 2015, les 193 États membres de l’ONU ont adopté le programme de développement durable à l’horizon 2030. C’est un agenda pour les populations, pour la planète, pour la prospérité, pour la paix et par les partenariats. Il porte une vision permettant de transformer notre monde en éradiquant la pauvreté et en assurant sa transition vers un développement durable.

Informations et ressources sur www.ecologique-solidaire.gouv.fr


PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE SUR LA BIODIVERSITÉ ET LES SERVICES ÉCOSYSTÉMIQUES (IPBES)

La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) est un organisme intergouvernemental créée en avril 2012 et ouvert à tout membre des Nations-Unies.

Destinée à améliorer les liens entre les connaissances et la prise de décision, elle entend identifier et élaborer des outils et des méthodes d’appui aux décisions qui prennent en considération toutes les connaissances pertinentes sur la biodiversité et les services écosystémiques, qu’elles proviennent de la recherche scientifique, des gouvernements, des organisations non-gouvernementales (associations, entreprises…) ou des acteurs locaux et autochtones.

Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité
Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES)
Portail de la biodiversité en France pour la Convention sur la diversité biologique


LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Dès la fin du XIXe siècle, des chercheurs (notamment Svante Arrhenius) prennent conscience que l’homme est en partie responsable de l’augmentation des gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote) dans l’atmosphère et que cela entraîne un réchauffement climatique à l’origine de dérèglements nombreux impactant et menaçant la biodiversité et par conséquent l’avenir de l’humanité elle-même.

Aujourd’hui, la communauté scientique conclut que l’augmentation des gaz à effet de serre dûe à l’activité humaine depuis la révolution industrielle joue un rôle important dans le réchauffement global et qu’il est désormais temps d’agir avant qu’il ne soit trop tard.

Lire l’article sur ce blog