Pêche illégale et destructrice

L’UE ne parvient toujours pas à éradiquer la pêche illégale

Une nouvelle étude, menée par des associations environnementales, dont le WWF, vient conforter les conclusions du rapport de l’an passé : à cause de la disparité des contrôles effectués sur les importations, de nombreux poissons issus de la pêche illégale passent au travers des mailles du filet et continuent d’infiltrer en toute impunité le marché européen !

La pêche illicite non-déclarée et non-réglementée (INN), ou pêche illégale, constitue une menace grave pour les ressources marines mondiales et une concurrence déloyale pour les pêcheurs qui respectent la réglementation. 11 à 26 millions de tonnes de poissons seraient capturées chaque année de manière illicite, ce qui représente au moins 15 % des captures au niveau mondial.

Outre la destruction des écosystèmes et la surexploitation des stocks, la pêche pirate génère un véritable manque à gagner pour les pêcheurs qui se plient à la réglementation en vigueur. En tant que premier importateur mondial de produits de la pêche, l’Union européenne a adopté une position ferme contre la pêche illicite dans le monde.

Pour éviter que des opérateurs sans scrupules ne tentent de faire passer leurs captures par des ports où les contrôles seraient moins rigoureux, il est urgent de mettre en place des procédures plus harmonisées et plus rigoureuses et de développer la numérisation dans toute l’UE des informations issues des certificats de capture d’ici la fin de l’année 2017.

Lire l’article sur le site du WWF